Le métier d’infirmier(e)

La profession IDE

Le diplôme d’Etat infirmier fait l’objet d’une réglementation au niveau européen qui permet d’exercer dans tous les états membres, mais aussi au Québec.
la formation des infirmières - infirmier photos et images de collection

Infirmier(e), plus qu’un métier, une passion
Film du CEFIEC

Un exercice diversifié

L’activité professionnelle, très diversifiée, s’effectue :

  • Dans le secteur public ou privé :
  • En milieu hospitalier,
  • En extrahospitalier,
  • Dans le domaine sanitaire ou médico-social.
  • Dans le secteur libéral.
L'exercice hospitalier (environs 80% des effectifs) ou en structure médico-sociale présente, au-delà de l'évolution des sciences et des techniques, les caractéristiques suivantes :
► Une organisation de travail, fondée sur la continuité des soins, qui implique une présence permanente auprès des patients, avec un travail la nuit, les week-ends et jours fériés.
► Si l'activité "soins" reste importante, les tâches administratives et de gestion de stocks (médicaments, matériels de soins…) deviennent une composante incontournable de la profession.
► Un travail d'équipe pluriprofessionnelle est indispensable à des soins de qualité.

Un métier en forte évolution

illustrations, cliparts, dessins animés et icônes de flèches de croissance financière avec coloré. illustration de vecteur - graphique évolution

L’observatoire National de l’Emploi et des Métiers de la Fonction Publique Hospitalière dans son « Etude prospective des métiers de la FPH » indique les facteurs qui impactent l’évolution du métier :


« Au-delà des pratiques soignantes confirmées et fortes d’expériences, il existe des postes infirmiers qui nécessitent une expertise plus poussée… Ces compétences s’acquièrent en coopération avec l’équipe médicale et sont le plus souvent renforcées par une formation continue… »

En plus des infirmiers spécialisés (Infirmier anesthésiste DE, infirmier de bloc opératoire DE et infirmier en puériculture DE) se profilent de nouvelles expertises :
► Infirmiers experts sur un thème précis (hygiène, sécurité, plaies et cicatrisations…),
► Infirmier de recherche clinique : collabore à la réalisation des essais clinique (aide à la recherche médicale ou paramédicale),
► Infirmier coordinateur – programmation et coordination des équipes (parcours du patient, secteur médico-social…),
► Infirmier clinicien : consultations infirmières, aides aux équipes…

Une autre voie d’avenir est celle d’infirmiers de pratiques avancées :

« Délégation d’actes médicaux mais aussi en rôle propre infirmier, comme les consultations infirmières, l’éducation des patients, etc.
Par ailleurs, le développement de passerelles entre les différents métiers de la santé permettra, à terme, une meilleure adaptation aux besoins de santé de la population et une réorientation possible du projet professionnel.

Les compétences d’un infirmier diplômé d’état « classique » ou expert ou spécialisé sont intimement liées à l’actualisation des connaissances par :
– La formation tout au long de la vie,
– L’expérience professionnelle.


Futur professionnel ? Quelles sont les aptitudes à développer ?

Le soin infirmier est à la fois un art et une science. Ainsi, l’exercice de la profession nécessite :
Des compétences techniques et relationnelles :
– Une attention particulière à l’autre : patient et entourage,
– Une capacité à travailler avec l’ensemble des professionnels du champ sanitaire et social.
Une concentration soutenue sur des amplitudes horaires importantes (8, 10 ou 12 heures),
Des compétences réflexives,
Une curiosité pour acquérir des connaissances tout au long de sa vie professionnelle.