Devenir aide-soignant

Organisation des épreuves de sélection pour l’entrée dans l’I.F.A.S.

Rentrée Janvier 2018

I.F.A.S. – Clermont

Pour les candidats du cursus intégral (candidats titulaires de BEP SASO – BEPA – BAC autre que SAPAT et ASSP – ou candidats n’ayant pas de diplôme sanitaire et social) :

INSCRIPTIONS TERMINÉES

Pour les candidats du cursus allégé (personnes titulaires ou en terminale BAC SAPAT et ASSP) :

INSCRIPTIONS TERMINÉES

Pour les candidats du cursus partiel (personnes titulaires des diplômes DEAVS – AP – AMP – AVF et Ambulanciers) :

INSCRIPTIONS TERMINÉES


Épreuve d’admissibilité

Épreuve écrite : 06 septembre 2017 de 9h30 à 11h30

Affichage des résultats : 19 septembre 2017 (affichage des résultats à l’I.F.S.I. à 14h)

Épreuve d’admission

Périodes des oraux : du 1er septembre au 10 novembre 2017

Affichage des résultats : 14 novembre 2017 (affichage des résultats à l’I.F.S.I. à 14h)

Les frais d’inscription au concours pour l’entrée en I.F.A.S. sont de 55 euros (coût 2016 peut être révisé pour 2017)

 

Le métier d’aide-soignant est défini dans l’annexe IV de l’arrêté du 25 janvier 2005 relatif aux modalités d’organisation de la validation des acquis de l’expérience :

“…Le rôle de l’aide-soignant est de dispenser, dans le cadre du rôle propre de l’infirmier, en collaboration avec lui et sous sa responsabilité, des soins de prévention, de maintien, de relation et d’éducation à la santé pour préserver et restaurer la continuité de la vie, le bien-être et l’autonomie de la personne… ” -Art. L 4311-1 du CSP

L’aide-soignant exerce donc son activité sous la responsabilité de l’infirmier. Maillon essentiel d’une équipe de soins, l’aide-soignant participe aux activités quotidiennes de soins. Il contribue au bien-être des malades, en les accompagnant dans tous les gestes de la vie quotidienne et en aidant au maintien de leur autonomie. En collaboration avec l’infirmier et sous sa responsabilité, l’aide-soignant assure auprès des patients des soins d’hygiène et de confort : toilette, repas, réfection des lits, accueil, installation et transfert des patients… Il transmet ses observations par écrit et par oral pour assurer la continuité des soins.

Dans certaines structures et suivant les objectifs de prise en charge, l’aide-soignant participe à la réalisation d’animations et d’activités occupationnelles au service de la qualité de vie des personnes dont il a la charge.

Un exercice diversifié

L’exercice professionnel et l’activité aide-soignante sont très diversifiés. Ils s’effectuent :

  • Dans le secteur public ou privé :
  • En milieu hospitalier,
  • En extrahospitalier,
  • Dans le domaine sanitaire ou médico-social.
  • Dans le secteur des soins à domicile.

L’exercice hospitalier et en structure médico-sociale est majoritaire, il présente, au-delà de l’évolution des sciences et des techniques les caractéristiques suivantes :

  • Une organisation de travail, fondée sur la continuité des soins, qui implique une présence permanente auprès des patients, avec un travail :
    • La nuit,
    • Les week-ends et jours fériés.
  • Un travail d’équipe pluri-professionnelle est indispensable à des soins de qualité.

l’exercice est également possible au sein de l’union européenne. Toutefois, l’absence de réglementation amène à devoir prendre contact avec les autorités compétentes de l’Etat membre ou l’on souhaite s’installer.

Un référentiel d’activités

Le texte officiel détaille huit activités qui constituent le référentiel d’activités de la profession :

  • Dispenser des soins d’hygiène et de confort à la personne
  • Observer la personne et mesurer les principaux paramètres vitaux
  • Aider l’infirmier à la réalisation de soins
  • Assurer l’entretien de l’environnement immédiat de la personne et la réfection des lits
  • Entretien des matériels de soins
  • Transmettre ses observations par oral et par écrit pour maintenir la continuité des soins
  • Accueillir, informer et accompagner les personnes et leur entourage
  • Accueillir et accompagner des stagiaires en formation

 

Un métier en évolution

Le vieillissement de la population ainsi que la réorganisation des collaborations soignantes au sein du système de santé français offrent au métier d’aide-soignant de grandes opportunités professionnelles dans les années à venir. Jusqu’en 2020, le métier d’aide-soignant se révèle très porteur en terme d’emploi.

Le métier d’aide-soignant offre des possibilités de développement et d’évolution de carrière. Des spécialisations existent et offrent une reconnaissance de compétences complémentaires.

  • Assistant de soins en gérontologie
  • Agent de chambre funéraire

Il peut également conduire par une réorientation professionnelle vers le métier d’infirmier.

Futur professionnel ? Quelles sont les aptitudes à développer ?

Les  soins délivrés par l’aide-soignant nécessite :

  • Des compétences techniques et relationnelles :
    • Une attention particulière à l’autre : patient et entourage,
    • Une capacité à travailler avec l’ensemble des professionnels du champ sanitaire et social.
  • Une concentration soutenue sur des amplitudes horaires importantes (8, 10 ou 12 heures),
  • Une curiosité pour acquérir des connaissances tout au long de sa vie professionnelle.

Quelques aptitudes attendues :

  • Rigueur et méthode,
  • Organisation et travail en équipe,
  • Intérêt pour l’autre “différent”
  • Résistance physique

LA FORMATION

L’arrêté du 22 octobre 2005 modifié par l’arrêté du 8 février 2007 relatif à la formation conduisant au Diplôme d’Etat d’Aide-Soignant décrit les principes et méthodes pédagogiques ainsi que les caractéristiques de la formation.

Principes pédagogiques

Au cours de sa formations l’élève AS :

  • sera guidé pour favoriser sa progression dans le cadre du projet pédagogique de l’Institut et à travers l’acquisition de 8 compétences,
  • développera des capacités d’initiative visant à un exercice professionnel responsable.

En outre, il bénéficiera d’un suivi pédagogique individualisé.

Caractéristiques de la formation

L’ensemble de la formation comprend 41 semaines soit 1435 heures d’enseignement théorique et clinique en institut de formation et en stage.

  • Enseignement en institut : 17 semaines soit 595 heures.
  • Enseignement en stage clinique : 24 semaines soit 840 heures.

Cette formation doit permettre à chaque élève d’acquérir des compétences lui permettant de contribuer à une prise en charge globale des personnes en milieu hospitalier ou extrahospitalier.

L’élève AS suit un rythme de travail de 35 heures par semaine au sein de l’institut et durant les stages cliniques.

L’enseignement en institut comprend des cours, des travaux dirigés, des travaux pratiques…

Les stages cliniques sont organisés par l’institut en collaboration avec les structures d’accueil et s’effectuent dans des secteurs d’activités variés (hôpitaux, clinique, EHPAD, Services de Soins à Domicile…).

Le diplôme peut s’acquérir soit par le suivi et la validation de l’intégralité de la formation, soit par le suivi et la validation d’une partie ou de plusieurs unités de formation selon le mode d’accès au diplôme (Pour plus d’information concernant les cursus partiels suivre ce lien)

Modules de formation et stages

La formation est structurée sous la forme de huit modules permettant l’acquisition des huit compétences :

  • Module 1 : Accompagnement d’une personne dans les activités de la vie quotidienne (4 semaines)
  • Module 2 : L’état clinique d’une personne (2 semaines)
  • Module 3 : Les soins (5 semaines)
  • Module 4 : Ergonomie (4 semaines)
  • Module 5 : Relation – Communication (2 semaines)
  • Module 6 : Hygiène des locaux hospitaliers (1 semaine)
  • Module 7 : Transmission des informations (1 semaine)
  • Module 8 : Organisation du travail (1 semaine)

Chaque module fait l’objet d’une validation spécifique. Les modalités d’évaluations sont variées :

  • Epreuves écrites.
  • Epreuves orales.
  • Epreuves pratiques.
  • Mise en situation professionnelle.

Stages

Au nombre de 6 (24 semaines soit 840 heures). Ils sont hospitaliers ou extra- hospitaliers. Ils sont réalisés en service de Médecine, Chirurgie, Psychiatrie, Gériatrie, en hospitalisation à domicile.

Les élèves bénéficient d’un encadrement par des professionnels formés à l’accompagnement et à l’évaluation.

 

 

 

Dispenses de formation

  • Les candidats titulaires du diplôme professionnel d’auxiliaire de puériculture sont dispensés des unités de formation 2, 4, 5, 6, 7 et 8.
  • Les candidats titulaires du diplôme d’Etat d’auxiliaire de vie sociale ou de la mention complémentaire aide à domicile sont dispensés des modules 1, 4, 5 et 7.
  • Il existe également une voie de VAE (Validation des Acquis de L’Expérience) qui après évaluation par un jury détermine quels sont les modules restant à valider pour le candidat.